Les sept Chakras Principaux

mars 27th, 2011

Chakra signifie « roue » en Sanskrit. Les chakras sont des roues d’énergie, des vortex tournoyants. Il y a sept chakras majeurs. Ils sont situés le long de la colonne vertébrale. Voici leur liste de bas en haut:

  • Mûlâdhara (Chakra racine)
    • Élément/Tattwa: Terre/Prithivî
    • Forme: Lotus à 4 pétales
    • Couleur selon la mode new age: Rouge
    • Couleur selon les textes traditionnels: Jaune
  • Svâdihsthana (Chakra sexuel)
    • Élément/Tattwa: Eau/Âpah
    • Forme: Lotus à 6 pétales
    • Couleur selon la mode new age: Orange
    • Couleur selon les textes traditionnels: Blanc
  • Manipûraka (Nombril)
    • Élément/Tattwa: Feu/Tejas
    • Forme: Lotus à 10 pétales
    • Couleur selon la mode new age: Jaune
    • Couleur selon les textes traditionnels: Rouge
  • Anâhata (Chakra du coeur)
    • Élément/Tattwa: Air/Vâyu
    • Forme: Lotus à 12 pétales
    • Couleur selon la mode new age: Vert
    • Couleur selon les textes traditionnels: Gris
  • Vishuddha (Chakra de la gorge)
    • Élément/Tattwa: Éther/Âkâsha
    • Forme: Lotus à 16 pétales
    • Couleur selon la mode new age: Bleu
    • Couleur selon les textes traditionnels: Bleu
  • Âjnâ (3ème oeil)
    • Élément/Tattwa: Esprit/Manas
    • Forme: lotus à 2 pétales
    • Couleur selon la mode new age: Indigo
    • Couleur selon les textes traditionnels: Blanc brillant
  • Sahasrâra (Chakra coronal)
    • Forme: Lotus à 1000 pétales
    • Couleur selon la mode new age: Violet
    • Couleur selon les textes traditionnels: Couleurs flamboyantes

La non plus, je ne suis pas rentré dans les détails. J’ai juste donné quelques éléments que l’on ne trouve pas habituellement. Les tattwas sont plus ou moins les éléments de la cosmogonie hindouiste. Comme on peut le voir l’arc en ciel dont on a l’habitude n’a rien de traditionnel.

Les trois principales nadis

mars 27th, 2011

Le tantra est une discipline fortement axée sur la pratique. Avant de présenter des exercices je vais tout de même décrire un peu le système d’énergie hindouiste, sans rentrer dans les détails, ce n’est pas ça l’important, et puis il y a déjà pleins de sites ou l’on peut trouver tous les détails que l’on veut (du plus traditionnel au plus new age). Je vais donc exposer le minimum nécessaire pour comprendre certains exercices.

Une nadi est dans la tradition hindouiste, un canal d’énergie. Il y en a 3 principales qui prennent source dans le chakra racine et montent le long de la colonne vertébrale passent par le sommet du crâne, et se terminent aux narines :

  • Ida, qui circule à gauche, et qui est lunaire et féminine, elle est liée au spirituel et à l’intuition, son énergie est froide, elle est liée aux éléments terre/eau
  • Pingala qui circule à droite, et qui est solaire et masculine, elle est liée au matériel et à la raison, son énergie est chaude, elle est liée aux éléments feu/air
  • Susumna qui circule au centre et qui est neutre. Pour faire simple, le but des pratiques tantriques, d’un point de vue énergie, est d’éveiller ce troisième canal.

Chronologie et spiritualité hindoue

mars 27th, 2011

On peut trouver tout et n’importe quoi sur la spiritualité hindoue, par exemple que le tantra existe depuis 6000 ans, alors que les 4 formes primitives de yoga sont le karma yoga, le bhakti yoga, le jnana yoga, et le raja yoga, et que le tantra est une forme de yoga assez tardive. On peut également trouver que le yoga tel qu’on le connaît a 3500 ans, date des premiers védas, alors que les écrits sur le yoga apparaissent dans les upanishads environ 1000 ans plus tard. Voici donc une tentative de chronologie historique avec quelques grands repères. On trouve souvent que l’écriture des védas a commencé vers –1800, mais selon certaines découvertes archéologiques récentes, on pense que l’invasion aryenne et plus tardive, et on décale l’écriture des védas.

  • -7500 Civilisation de l’indus (dravidiens)
  • -3000 Premières représentation de postures de yoga -1700 Invasion aryenne
  • -1500 Premiers védas (dont l’écriture s’étend sur 1000 ans environ)
  • -900 Vie de Krishna
  • -700 Début dans la montée des cultes de Vishnou et de Shiva
  • -550 Certains upanishads exposent les techniques de base du yoga
  • -544 Bouddha atteint l’éveil
  • -300 Premiers yoga sutra (dont l’écriture s’étend sur 700 ans environ)
  • -200 Krishna est considéré comme une incarnation terrestre de Vishnou
  • 200 Premiers temples construits
  • 400 Les cultes de Vishnou et Shiva prennent toute leur importance
  • 900 Apparition du tantra
  • 1400 Apparition du hatha yoga (ce que les non-hindouistes appellent yoga)

What kind of Pagan are you?

janvier 21st, 2011

What kind of Pagan are you?

You Scored as Shamanic Pagan : A shamanic pagan’s roots are generally found in Native American faith. A true love and respect for the earth and all that it yields is central to their faith. Wisdom is most often found in spirit guides or totems, who can be animals, ancestors, or spirits. Pagans who follow this path tend to be far more aware of the delicate web that interweaves the lives of every person and thus move within that web accordingly. They’re usually deeply insightful, friendly, loving people and excellent friends and parents. Mysterious and strong, as well, they are often the protectors of their friends and family as well as the moral compass for their friends and loved ones.

Shamanic Pagan
100%
Zoroastrian Pagan
100%
Eastern Pagan
80%
Ecclectic Pagan
75%
Kabbalistic Pagan
55%
Celtic Pantheonic Pagan
45%
Greek Pantheonic Pagan
40%
Egyptian Pantheonic Pagan
35%
Norse Pantheonic Pagan (Asatru)
30%
Roman Pantheonic Pagan
25%
Catholic (Pagan?)
15%
Sumerian, Babylonian, and Mesopotamian Pagans
15%

L’usage du fouet dans la wicca

juin 22nd, 2010

Quand j’ai découvert la wicca il y a plus de dix ans, j’ai surtout été intéressé par les huit sentiers. En résumé tout ce qui provoque la transe, c’est à dire, méditation, projection astrale, chants, vin, danse, contrôle du sang, fouet, et grand rite. Quand j’ai pratiqué la wicca quelques années plus tard dans un cadre traditionnel, j’ai constaté que tous ces moyens sont utilisés d’une façon assez édulcorée, et concrètement, il ne se passe pas grand-chose d’objectif lors des rituels.

J’ai cherché à comprendre et j’ai fait diverses recherches pour savoir comment cela se passait au temps de Gerald Gardner. Lorsque l’on va aux sources de la wicca, on constate qu’il s’agit d’un patchwork inspiré de diverses pratiques et de divers écrits. C’est d’autant plus flagrant en étudiant les différentes versions du livre des ombres de 1949 à 1963. On peut citer, la golden dawn (rituel d’ouverture), la franc maçonnerie (rituel d’initiation), le livre de la loi d’Aleister Crowley (charge de la déesse), la messe gnostique de l’OTO (grand rite), et bien d’autres. On remarque une chose étonnante, les éléments pouvant induire la transe dans les pratiques d’origines ont tendance à être supprimés.

Par exemple dans le rituel d’ouverture d’origine, publié par Israël Regardie, on utilise le chant pour se mettre en condition (toning) et dans la version de Gardner, cela a disparu. Par contre à la place tout le monde doit être « purifiés », ce qui pour Gardner signifie attaché et fouetté. Pour terminer le rituel d’ouverture, il faut être « purifié », pour l’initiation il faut être « purifié », pour réaliser une pratique magique, il faut être « purifié » (cf. « le fouet et le baiser » dans le livre des ombres). En bref, tout tournait autour de cela. Cela pose un certain nombre de problèmes.

Aujourd’hui, la plupart des personnes qui pratiquent la wicca traditionnelle utilisent le fouet de manière plus ou moins symbolique, ce qui rend les rituels un peu creux. Aidan Kelly, qui est sûrement l’un des premiers à avoir compilé et étudié les différentes versions du livre des ombres est arrivé à cette même conclusion, que tout était centré sur le fouet. Ce qui est amusant, c’est que bon nombre de gardneriens dénigrent son travail et pensent qu’il exagère. L’usage du fouet est le secret perdu de la wicca.

Lorsque l’on comprend cela, on peut être tenté d’explorer l’utilisation rituelle du fouet de toutes les manières possibles et de chercher à aller plus loin dans son usage. Mais même si je pense que l’exploration du seuil où se mêlent plaisir et douleur est essentielle pour éprouver comment s’entremêlent la vie et la mort, être attaché et fouetté est une méthode très personnelle, qui provoquait sûrement des tas des choses chez Gardner, mais dont l’efficacité n’a rien d’universelle. Personnellement j’ai toujours trouvé cela long et maladroit pour obtenir un résultat sans grand intérêt. De plus, autant cette exploration a son importance, autant je ne crois pas qu’il faille en faire un élément central dans la recherche de transe, ou d’une manière plus générale, dans une pratique spirituelle.