Posts Tagged ‘monde du milieu’

Voyage chamanique vers le monde du milieu

samedi, avril 3rd, 2010

Chamaniquement parlant, tout a un esprit. C’est le principe même de l’animisme. Lorsque que l’on maîtrise le voyage au tambour, le voyage vers le monde du milieu est quelque chose de très simple. Il suffit de projeter son intention comme d’habitude, mais dans le but de contacter l’esprit d’un lieu ou d’un objet.

La double réalité

samedi, avril 3rd, 2010

La double réalité est justement le fait d’avoir un pied dans chaque monde. Pour commencer, il faut chercher à voyager les yeux ouverts et voir le voyage en superposition avec le monde ordinaire. Avec l’expérience, quand le besoin se faire sentir, on peut le faire sans tambour, seulement à l’intention. Cela peut donner des choses assez remuantes. Parfois l’impulsion de l’intention déclenche une vision brève, puis on reçoit le message voulu, souvent de façon très émotionnelle. Lorsqu’on est dans une période d’ouverture spirituelle forte, ou parfois après un voyage ou pendant un rituel, des expériences de double réalité peuvent intervenir spontanément. Le fait de passer en double réalité est une faculté très utile lors des rituels, c’est beaucoup plus fort que de la simple visualisation.

Le voyage chamanique entre les mondes

samedi, avril 3rd, 2010

Souvent le mot transe fait peur. Ceci est sûrement dû à la théâtralisation de l’hypnose. Il ne faut pas avoir peur. Le voyage chamanique n’est pas plus dangereux que de rêver, et même plutôt moins. On peut facilement être prisonnier d’un cauchemar, mais ce genre de choses n’arrivent pas en voyage chamanique. Même si le voyage fait sortir des choses désagréables, on arrête quand on veut. De plus, on n’atteint pas dès le début des états de transes très profonds. On arrive tout au plus à un léger basculement de conscience. Avec l’expérience, il arrive que l’on entre en catalepsie, que l’on vive des expériences émotionnellement très fortes, mais il n’y a rien d’effrayant à tout cela.

L’univers chamanique est décomposé en 3 niveaux. On retrouve également ce découpage dans certaines religions dites primitives.

  • Le monde d’en bas, plutôt lié aux instincts et au futur à cours terme, où l’on rencontre en général ses animaux de pouvoir.
  • Le monde d’en haut, plutôt utilisé pour des choix à plus long terme, où l’on rencontre ses guides, et également les divinités.
  • Le monde du milieu, contrepartie spirituel de notre monde matériel.

Ce découpage vaut ce qu’il vaut, il ne doit pas devenir un dogme. D’autant que tout se reflète dans tout, et ce que l’on peut trouver en bas, on peut également le trouver en haut, et inversement.

On peut être tenté de se demander d’où tout cela vient. Communication avec les esprits ? Dialogue intérieur ? Imagination ? Sûrement un mélange de tout cela. Et puis quelle importance ? Pourquoi chercher à tout catégoriser du moment que cela fonctionne ? J’ai très rapidement compris cela. Lors de mon initiation, l’un des exercices était de répondre à une question posée par quelqu’un d’autre. Bien entendu, ce genre d’exercice est assez vache. Il faut bien vérifier si cela fonctionne. La question qui m’avait été posée était « comment je pourrais mieux être à l’écoute ? » Je me suis dit que je ne trouverais jamais. Quand j’ai posé la question à mon animal, il m’a d’abord fait toute une série d’expressions de visage. Ensuite il m’a pris dans les bras et m’a fait ressentir toute une série d’émotions. Après le voyage je ne comprenais absolument pas en quoi tout cela était une réponse. Mais la personne qui m’avait posé la question comprenait très bien. Il était ostéop athe, et m’avait posé cette question en rapport avec son métier. Il m’a expliqué qu’il fallait être très attentif aux expressions du visage. Il m’a également dit que la manière de prendre dans les bras que je décrivais était très utilisée lors des manipulations et qu’il fallait également être très attentif au ressenti corporel. Bref je ne lui avais rien appris, mais j’étais tombé dans le mille. Communication avec les esprits ou pas, ça marchait.

Les bases du chamanisme

samedi, avril 3rd, 2010

Il y a un peu plus de 5 ans, j’ai écrit une série d’articles décrivant les bases du chamanisme. Les bases cosmologiques, avec les concepts de monde d’en bas, de monde du milieu, et de monde d’en haut. Et également les bases de la pratique chamanique, avec les techniques élémentaires permettant de voyager au son du tambour. Je vais poster de nouveau ces articles, mais avant cela, je souhaiterais apporter une réflexion nouvelle.

Lorsqu’on se tourne vers une pratique spirituelle, c’est rarement au départ, pour de bonnes raisons. Le plus souvent, on s’imagine être différent, plus sensible, à part des autres. On est animé par la soif d’apprendre, de découvrir, de vivre des sensations fortes. Dans notre monde moderne où la spiritualité est considérée comme marginale, nous avons oublié que le but de toute spiritualité digne de ce nom est avant tout la guérison. Cela devrait être d’autant plus évident pour le chamanisme, car encore aujourd’hui, des peuples considérés comme primitifs, n’ont que cela pour se guérir. Pourtant, quand nous abordons le chamanisme, c’est bien souvent en tant que touriste du spirituel, avide de découvertes et de sensations fortes. Les expériences de guérisons sont même inconsciemment soigneusement évitées. Intuitivement, on sait que l’on serait confronté à des choses pas très divertissantes.

Jusqu’au jour où l’on reçoit une grosse claque et tout se met à tourner mal. Pour moi c’est le bon moment pour comprendre que la finalité de la spiritualité est la guérison, et s’engager un peu plus sur la voie, cette fois-ci en connaissant son but. Mais pour beaucoup ce moment est le terminus. Le voyageur spirituel non averti croit qu’il a emprunté le mauvais chemin, qu’il est en train de se perdre, et se laisse guider par ses peurs. Soit il se détourne totalement du spirituel, soit il avance à reculons, en évitant systématiquement tout ce qui pourrait fonctionner, et en se trouvant des excuses pour faire les choses à moitié. Bien entendu, la peur est un mauvais guide et cela n’arrange rien.

Pour ceux qui continuent après cette étape, la seconde erreur est de penser qu’on a un certain nombre de choses à régler, un nettoyage à faire, et qu’ensuite les choses iront mieux. Mais cela ne fonctionne pas ainsi. Cette folie que l’on éveille tôt ou tard à travers la spiritualité est inhérente à l’humain, et il n’existe aucune méthode pour s’en débarrasser définitivement. L’esprit a ses propres excrétions, il faut l’accepter, et trouver l’hygiène spirituelle nécessaire pour ne pas être incommodé. Bien sûr, l’introspection est importante. Il ne faut pas avoir peur de regarder et d’accepter toutes ces choses que l’on met à jour. Vous aurez d’autant moins peur de le faire si vous ne sombrez pas dans le freudisme primaire en faisant de chacune de ces choses une affaire personnelle. Vous avez une mère plus ou moins abusive qui, si elle avait pu ne vous aurait jamais laissé naître pour vous garder en elle ? Vous savez que nous sommes quelques milliards dans cette situation ? Détendez-vous et ne dramatisez pas. C’est juste la vie.

En conclusion, certaines personnes vous diront qu’une pratique spirituelle ou une autre est dangereuse, qu’il faut de l’expérience pour l’aborder. Je ne vois pas les choses sous cet angle. Fondamentalement, la pratique du voyage chamanique est moins dangereuse que le fait de rêver. Avec le voyage chamanique, vous contrôlez toujours quand les choses se terminent. Mais il faut savoir que n’importe quelle pratique spirituelle peut entraîner des choses peu amusantes. Il ne faut pas en avoir peur ni voir cela comme un danger et savoir que cela fait parti du chemin. Plus vous adopterez une attitude de touriste et plus cela sera effectivement dangereux. Plus vous accepterez ce que ses expériences ont à vous enseigner, le passage sera facile. Dans chacune de vos pratiques spirituelles, prenez l’habitude de vous poser les questions suivantes.

Pourquoi fais-je cela ?

Qu’est ce que je recherche ?

Qu’est ce que cela m’apporte ?

Voici le mp3 de tambour et les anciens articles :