Posts Tagged ‘chamanisme’

Voyage chamanique vers le monde d’en haut

samedi, avril 3rd, 2010

Il est temps de partir pour le monde d’en haut et de trouver un guide. Comme d’habitude, fermez les yeux et formulez votre intention quatre fois. Au lieu d’utiliser une entrée dans le sol, imaginez que vous grimper à un arbre, que vous montez avec la fumée d’un feu, … Vous pouvez également descendre dans le monde d’en bas et vous faire accompagner par un animal. Il existe des chemins qui permettent de passer du monde d’en bas au monde d’en haut. Si l’un des vos animaux est un oiseau, vous pouvez vous fondre en lui et voler vers le monde d’en haut ou le chevaucher. Les possibilités sont multiples. Il est possible que vous traversiez comme un mur de nuages horizontal, puis que vous arriviez à un niveau supérieur. Parfois il arrive également que l’on traverse plusieurs murs. Il faut continuer à monter. Certains auteurs disent que le monde d’en haut est plus vaporeux que le monde d’en bas. Il m’est arrivé d’aller dans des endroits vaporeux, mais la plupart du t emps mon monde d’en haut ressemble tout à fait à la réalité ordinaire. Encore une fois il n’y a pas de règles. Une fois dans le monde d’en haut, partez à la recherche de votre guide.

Cela peut être une expérience très forte. J’ai vu des personnes en larmes après un telle rencontre. Lors de mon premier voyage, je me suis trouvé face à mon guide. Je m’essayais au voyage sans aucune formation et je partais sans intention précise. Toutes les phases de voyage se sont trouvées résumées par une sensation de glissade et je me suis retrouvé face à lui. Un sorcier du néolithique qui dansait. Le rythme du tambour n’était plus celui que j’avais dans les oreilles, mais celui qui dirigeait sa danse. J’étais totalement bloqué devant cette vision animée. Je n’ai pu ni bouger ni lui parler. Je suis assez mal revenu de ce voyage et je suis resté comme ivre pendant des heures, un pied dans chaque monde. Quand cela arrive, il est possible de refaire le chemin du retour, plusieurs fois s’il le faut, pour revenir un peu plus dans notre monde. Avec l’expérience, ce n’est pas bien grave, on peut très bien mener sa vie avec un pied dans chaque monde.

Les directions en chamanisme

samedi, avril 3rd, 2010

Même si le tambour est un instrument fabuleux pour provoquer les changements d’état de conscience, allumer des bougies et brûler un peu d’encens ne suffira pas forcement au débutant pour réaliser un voyage chamanique. Pour se mettre en train on peut par exemple appeler les esprits des directions. Dans la majorité des traditions chamaniques, l’Est est lié au feu, le Sud à l’eau, l’Ouest à la terre et le Nord à l’air. En général, les occultistes associent l’Est à l’air, le Sud au feu, l’Ouest à l’eau et le Nord à la terre. Comment cette différence est-elle possible ? Tout simplement, il n’y a pas de vérité absolue. Il en va de même sur l’ordre d’appel des directions. Le plus classique est de commencer par l’Est, puis le Sud, ensuite l’Ouest, et enfin le Nord. Mais on peut trouver d’autres variantes, d’une tradition à l’autre ou dans une même tradition d’une personne à l’autre. Je pense notamment à la tradition Lakota, où les heyokas (clowns sacrés) appellent le s directions dans l’ordre inverse.

Un exercice intéressant pour se faire une idée personnelle est de voyager à la rencontre des esprits des directions et de leur demander qui ils sont, ce qu’ils représentent, à quoi ils sont liés. Bien sûr, rencontrer l’esprit d’une direction peut sembler totalement abstrait. Il ne faut pas se poser de questions. Il faut le faire et voir ce qu’il se passe. Quand j’ai réalisé ces quatre voyages, un par direction, j’ai trouvé un lien entre les directions et les saisons. L’Est lié au printemps, le Sud à l’été, l’Ouest à l’automne et le Nord à l’hiver. Par contre au niveau de la correspondance avec les éléments le résultat a été beaucoup moins académique. L’Est et le Sud était lié au feu, et, l’Ouest et le Nord à la terre. Bien sûr, des aspects différents du feu et de la terre. Mais il n’y avait ni eau ni air dans mon cercle. Cela n’a rien d’étonnant, la terre et le feu sont les deux éléments principaux pour moi.

Que vous ayez choisi les éléments de la tradition chamanique ou ceux de la tradition occultiste, ou alors votre propre perception des choses, voici un moyen de se mettre en train avant un voyage. Vous pouvez sur votre espace sacré, placer des objets qui rappellent l’élément lié à la direction. Par exemple l’encensoir et des plumes pour l’air, une bougie pour le feu, des pierres pour la terre, un bol d’eau pour l’eau. Placez-vous ensuite face à la première direction que vous voulez appeler. Fermez les yeux, et avec un hochet (maracas, calebasse, …) battez un rythme monotone comme pour voyager et sentez la direction, soit son esprit, soit l’élément qui lui est associé. quand vous êtes satisfait, passez à la direction suivante. On peut également chanter ou siffler en alternance avec le hochet.

Le hochet est l’un des instruments de musique le plus simple et le plus ancien. Dans de nombreuses traditions chamaniques, il est utilisé pour appeler les esprits. Il peut également être utilisé pour le voyage et dans le cadre de divers soins chamanique.

Le voyage chamanique entre les mondes

samedi, avril 3rd, 2010

Souvent le mot transe fait peur. Ceci est sûrement dû à la théâtralisation de l’hypnose. Il ne faut pas avoir peur. Le voyage chamanique n’est pas plus dangereux que de rêver, et même plutôt moins. On peut facilement être prisonnier d’un cauchemar, mais ce genre de choses n’arrivent pas en voyage chamanique. Même si le voyage fait sortir des choses désagréables, on arrête quand on veut. De plus, on n’atteint pas dès le début des états de transes très profonds. On arrive tout au plus à un léger basculement de conscience. Avec l’expérience, il arrive que l’on entre en catalepsie, que l’on vive des expériences émotionnellement très fortes, mais il n’y a rien d’effrayant à tout cela.

L’univers chamanique est décomposé en 3 niveaux. On retrouve également ce découpage dans certaines religions dites primitives.

  • Le monde d’en bas, plutôt lié aux instincts et au futur à cours terme, où l’on rencontre en général ses animaux de pouvoir.
  • Le monde d’en haut, plutôt utilisé pour des choix à plus long terme, où l’on rencontre ses guides, et également les divinités.
  • Le monde du milieu, contrepartie spirituel de notre monde matériel.

Ce découpage vaut ce qu’il vaut, il ne doit pas devenir un dogme. D’autant que tout se reflète dans tout, et ce que l’on peut trouver en bas, on peut également le trouver en haut, et inversement.

On peut être tenté de se demander d’où tout cela vient. Communication avec les esprits ? Dialogue intérieur ? Imagination ? Sûrement un mélange de tout cela. Et puis quelle importance ? Pourquoi chercher à tout catégoriser du moment que cela fonctionne ? J’ai très rapidement compris cela. Lors de mon initiation, l’un des exercices était de répondre à une question posée par quelqu’un d’autre. Bien entendu, ce genre d’exercice est assez vache. Il faut bien vérifier si cela fonctionne. La question qui m’avait été posée était « comment je pourrais mieux être à l’écoute ? » Je me suis dit que je ne trouverais jamais. Quand j’ai posé la question à mon animal, il m’a d’abord fait toute une série d’expressions de visage. Ensuite il m’a pris dans les bras et m’a fait ressentir toute une série d’émotions. Après le voyage je ne comprenais absolument pas en quoi tout cela était une réponse. Mais la personne qui m’avait posé la question comprenait très bien. Il était ostéop athe, et m’avait posé cette question en rapport avec son métier. Il m’a expliqué qu’il fallait être très attentif aux expressions du visage. Il m’a également dit que la manière de prendre dans les bras que je décrivais était très utilisée lors des manipulations et qu’il fallait également être très attentif au ressenti corporel. Bref je ne lui avais rien appris, mais j’étais tombé dans le mille. Communication avec les esprits ou pas, ça marchait.

Chamanisme et tambour

samedi, avril 3rd, 2010

En ce qui concerne le tambour, voici une traduction que j’ai faite en novembre 2003. Je trouvais les mots de Beaver Chief beaucoup plus fort que les miens pour exprimer ce que je vivais à l’époque.

Le tambour par Beaver Chief (chef spirituel des indiens Lummi)

« Le tambour est le battement de cœur de la terre mère. Le tambour est le battement de cœur de notre mère. Et le tambour est sacré. Chaque fois que vous venez et écoutez notre peuple battre le tambour, chanter et interpréter nos chants spirituels, vous pouvez être touché profondément. Il se peut que vous ne sachiez pas ce qui vous a touché. Cela peut être le son du tambour, parce que vous vivez sur cette terre et la terre est votre mère et elle vous parle. Vous avez besoin de l’écouter. Vous avez besoin de comprendre que tout est connecté à vous et que vous êtes connecté à tout. Tous les arbres sont des personnes. Toutes les pierres sont des personnes. Si vous écoutez attentivement vous entendrez le son du tambour faire womb, womb et non boom, boom. » (ndt : womb signifie utérus en anglais)

Dans un registre moins poétique, il faut savoir que le tambour permet de ralentir les ondes cérébrales avec une plus grande efficacité que n’importe qu’elle autre méthode. En 10 minutes, un chamane arrive à ralentir ses ondes cérébrales autant qu’un maître zen en 6h de méditation. C’est très pratique dans notre monde occidental moderne. Cela permet de s’investir profondément dans la spiritualité tout en gardant une activité normale.

Chamanisme et espace sacré

samedi, avril 3rd, 2010

Il est important de se constituer un espace sacré. Pour commencer, un petit tapis sur le sol, une bougie, un peu de sauge qui brûle, cela suffit largement. Il peut être permanent ou mis en place avant un voyage. Cet espace sert de connexion à l’autre monde. Plus il sera riche, constitué d’objets qui ont un sens pour vous, plus il vous fera voyager. Sa simple vue, dans la pénombre des bougies et de la fumée d’encens vous fera déjà changer d’état de conscience.