Posts Tagged ‘voyage au tambour’

Voyage chamanique vers le monde du milieu

samedi, avril 3rd, 2010

Chamaniquement parlant, tout a un esprit. C’est le principe même de l’animisme. Lorsque que l’on maîtrise le voyage au tambour, le voyage vers le monde du milieu est quelque chose de très simple. Il suffit de projeter son intention comme d’habitude, mais dans le but de contacter l’esprit d’un lieu ou d’un objet.

Voyage chamanique vers le monde d’en haut

samedi, avril 3rd, 2010

Il est temps de partir pour le monde d’en haut et de trouver un guide. Comme d’habitude, fermez les yeux et formulez votre intention quatre fois. Au lieu d’utiliser une entrée dans le sol, imaginez que vous grimper à un arbre, que vous montez avec la fumée d’un feu, … Vous pouvez également descendre dans le monde d’en bas et vous faire accompagner par un animal. Il existe des chemins qui permettent de passer du monde d’en bas au monde d’en haut. Si l’un des vos animaux est un oiseau, vous pouvez vous fondre en lui et voler vers le monde d’en haut ou le chevaucher. Les possibilités sont multiples. Il est possible que vous traversiez comme un mur de nuages horizontal, puis que vous arriviez à un niveau supérieur. Parfois il arrive également que l’on traverse plusieurs murs. Il faut continuer à monter. Certains auteurs disent que le monde d’en haut est plus vaporeux que le monde d’en bas. Il m’est arrivé d’aller dans des endroits vaporeux, mais la plupart du t emps mon monde d’en haut ressemble tout à fait à la réalité ordinaire. Encore une fois il n’y a pas de règles. Une fois dans le monde d’en haut, partez à la recherche de votre guide.

Cela peut être une expérience très forte. J’ai vu des personnes en larmes après un telle rencontre. Lors de mon premier voyage, je me suis trouvé face à mon guide. Je m’essayais au voyage sans aucune formation et je partais sans intention précise. Toutes les phases de voyage se sont trouvées résumées par une sensation de glissade et je me suis retrouvé face à lui. Un sorcier du néolithique qui dansait. Le rythme du tambour n’était plus celui que j’avais dans les oreilles, mais celui qui dirigeait sa danse. J’étais totalement bloqué devant cette vision animée. Je n’ai pu ni bouger ni lui parler. Je suis assez mal revenu de ce voyage et je suis resté comme ivre pendant des heures, un pied dans chaque monde. Quand cela arrive, il est possible de refaire le chemin du retour, plusieurs fois s’il le faut, pour revenir un peu plus dans notre monde. Avec l’expérience, ce n’est pas bien grave, on peut très bien mener sa vie avec un pied dans chaque monde.

Le recouvrement d’animal de pouvoir

samedi, avril 3rd, 2010

Une des pratiques les plus simples en matière de guérison chamanique est le recouvrement d’animal de pouvoir. Une personne va trouver un animal pour une autre. Il est préférable d’être avec une troisième personne pour battre le tambour. Dans le cas contraire, on peut utiliser un enregistrement. La personne qui dans le rôle du patient s’allonge et celle qui est dans le rôle du chamane s’allonge également à ses cotés, épaule contre épaule. Le patient doit juste se détendre et ne rien faire de particulier. Il faut voyager avec l’intention de descendre dans le monde d’en bas et de trouver un animal de pouvoir pour le patient. Vous allez descendre dans son monde intérieur. Généralement le tunnel est différent de d’habitude. Parfois si le patient sait voyager, il peut s’agir à peu de variantes près de sa propre vision du tunnel. Dans certain cas, cela peut être celle du tunnel habituel, avec une bifurcation qu’il faudra prendre. Au cours du voyage, si un animal se présente quatre fois sous des angles différents, c’est qu’il s’agit de l’animal de pouvoir à ramener. Serrez le dans vos bras. Quelque soit sa taille, en réalité non ordinaire, vous pouvez le faire. Dans la réalité ordinaire, faite le geste de tenir quelque chose contre votre cœur. Faite le chemin du retour, relevez-vous, placez vos mains jointes contre la poitrine du patient et soufflez dedans en imaginant l’énergie de l’animal se répandre dans le corps de la personne. Ensuite, placer à nouveau une de vos mains contre votre cœur et de l’autre aidez le patient à s’asseoir. Puis placer à nouveau vos mains jointes sur le sommet de son crâne et soufflez à nouveau l’animal. Il arrive que la personne ait perçu l’animal, mais ce n’est pas obligatoire.

Le recouvrement d’animal donne un regain d’énergie à la personne. Si elle sait voyager, ça lui ouvrira des horizons avec un nouvel animal dont elle a sûrement besoin à ce moment particulier de sa vie. Cette expérience est aussi très enrichissante pour la personne qui endosse le rôle de chamane. En effet cela permet d’enrichir son monde intérieur. Jusqu’a ce que je fasse mon premier recouvrement d’animal, mes voyages étaient assez pauvres, un environnement très simple, une prairie, un animal et rien d’autre. Juste le minimum pour communiquer. Le premier voyage de recouvrement que j’ai fait était très riche, une jungle, des animaux de tout les côtés, beaucoup de couleurs. Le chamanisme est issu des cultures tribales et ça n’a pas beaucoup de sens de le pratiquer seul.

De la même façon que l’on recouvre un animal pour quelqu’un, on peut également charger un objet. Par exemple si l’un de vos animaux ou de vos guides vous donne un objet, comme un athamé, vous pouvez revenir avec et le souffler dans un objet équivalent dans la réalité ordinaire. Vous pouvez également manufacturer un objet dans l’autre monde et le souffler dans un objet à charger.

Les directions en chamanisme

samedi, avril 3rd, 2010

Même si le tambour est un instrument fabuleux pour provoquer les changements d’état de conscience, allumer des bougies et brûler un peu d’encens ne suffira pas forcement au débutant pour réaliser un voyage chamanique. Pour se mettre en train on peut par exemple appeler les esprits des directions. Dans la majorité des traditions chamaniques, l’Est est lié au feu, le Sud à l’eau, l’Ouest à la terre et le Nord à l’air. En général, les occultistes associent l’Est à l’air, le Sud au feu, l’Ouest à l’eau et le Nord à la terre. Comment cette différence est-elle possible ? Tout simplement, il n’y a pas de vérité absolue. Il en va de même sur l’ordre d’appel des directions. Le plus classique est de commencer par l’Est, puis le Sud, ensuite l’Ouest, et enfin le Nord. Mais on peut trouver d’autres variantes, d’une tradition à l’autre ou dans une même tradition d’une personne à l’autre. Je pense notamment à la tradition Lakota, où les heyokas (clowns sacrés) appellent le s directions dans l’ordre inverse.

Un exercice intéressant pour se faire une idée personnelle est de voyager à la rencontre des esprits des directions et de leur demander qui ils sont, ce qu’ils représentent, à quoi ils sont liés. Bien sûr, rencontrer l’esprit d’une direction peut sembler totalement abstrait. Il ne faut pas se poser de questions. Il faut le faire et voir ce qu’il se passe. Quand j’ai réalisé ces quatre voyages, un par direction, j’ai trouvé un lien entre les directions et les saisons. L’Est lié au printemps, le Sud à l’été, l’Ouest à l’automne et le Nord à l’hiver. Par contre au niveau de la correspondance avec les éléments le résultat a été beaucoup moins académique. L’Est et le Sud était lié au feu, et, l’Ouest et le Nord à la terre. Bien sûr, des aspects différents du feu et de la terre. Mais il n’y avait ni eau ni air dans mon cercle. Cela n’a rien d’étonnant, la terre et le feu sont les deux éléments principaux pour moi.

Que vous ayez choisi les éléments de la tradition chamanique ou ceux de la tradition occultiste, ou alors votre propre perception des choses, voici un moyen de se mettre en train avant un voyage. Vous pouvez sur votre espace sacré, placer des objets qui rappellent l’élément lié à la direction. Par exemple l’encensoir et des plumes pour l’air, une bougie pour le feu, des pierres pour la terre, un bol d’eau pour l’eau. Placez-vous ensuite face à la première direction que vous voulez appeler. Fermez les yeux, et avec un hochet (maracas, calebasse, …) battez un rythme monotone comme pour voyager et sentez la direction, soit son esprit, soit l’élément qui lui est associé. quand vous êtes satisfait, passez à la direction suivante. On peut également chanter ou siffler en alternance avec le hochet.

Le hochet est l’un des instruments de musique le plus simple et le plus ancien. Dans de nombreuses traditions chamaniques, il est utilisé pour appeler les esprits. Il peut également être utilisé pour le voyage et dans le cadre de divers soins chamanique.

Le premier voyage chamanique au tambour

samedi, avril 3rd, 2010

Le but du premier voyage est de trouver son animal de pouvoir. Avec la pratique, on en a, bien entendu, toute une collection. Certains avec des spécialités. D’autres qui interviennent à un moment ou un autre de la vie.

Le but de ce voyage est de trouver le principal. L’animal gardien. Tout comme Alice, trouve une entrée qui descend dans la terre que vous connaissez, que vous pouvez facilement visualiser. Il faut que vous soyez en confiance avec cet endroit. Inutile de choisir le puits de la maison de vos parents si enfant, on vous a fait peur du puits.

Préparez votre espace sacré, purifiez-vous avec de la sauge. On peut indifféremment utiliser de la sauge blanche ou de la sauge de cuisine. Vous pouvez soit enfumer votre corps soit vous détendre dans la fumée de sauge. L’important est l’intention, pas le geste.

Ensuite soit vous disposez d’un tambour, soit vous utilisez un enregistrement. Les tambours chamaniques sont peu profonds et donc pas très bruyants. Il s peuvent être utilisés sans problèmes, même en ville. Lancez l’enregistrement ou battez à un rythme régulier qui vous convient. Personnellement, je voyage assis en tailleur en battant le tambour, mais on peut également voyager allongé avec un enregistrement. L’important est d’être à l’aise.

Formuler mentalement 4 fois votre intention « je veux descendre dans le monde d’en bas pour rencontrer mon animal de pouvoir ». Visualisez votre entrée puis passez-la. Au bout d’un moment, les images viennent d’elles-mêmes et vous descendrez dans un tunnel. Parfois ce n’est pas très visuel. On a plus l’impression de sentir l’environnement. Parfois on décroche et il faut essayer de se raccrocher à la dernière image. Sinon on recommence depuis le tunnel. Avec l’expérience, tout cela devient plus facile, mais ce n’est pas étonnant de rater les premières fois, surtout seul. En effet, la dynamique de groupe facilite beaucoup les choses.

Quand vous croisez un animal, demandez-lui s’il est votre animal de pouvoir. La réponse n’est pas toujours verbale. Parfois juste un geste amical, une étreinte, une invitation à monter sur son dos. Eviterzles animaux agressifs. D’une manière générale, évitez également les insectes et les non-mammifères dont on voit les dents. Ils sont la plupart du temps la correspondance spirituelle des maux que l’on peut avoir. Cela dit, encore une fois, ceci est juste indication et ne doit pas devenir un dogme. Ecoutez avant tout vos perceptions. Si un insecte semble être votre animal de pouvoir, pourquoi pas.